Mémoire d’avenir

Mémoire d’avenir fait le lien entre la génération de Françoise Ega et celle de la relève d’aujourd’hui, acteurs d’aujourd’hui et de demain qui façonnent la vie de nos quartiers. Parmi eux :

FAROUK : «Yogui», de l’équipe d’ Hélène Mille, c’est un peu le grand frère de cette génération, il est très mature, a le sens des responsabilités. Cet animateur travaille autant sur l’accompagnement individuel que sur les projets collectifs. Il est vigilent sur tout et il est très respecté par les jeunes, il introduit ce fil conducteur d’un projet ensemble.»

DAOUDA : « 21 ans, c’est quelqu’un qui a tracé sa vie. De l’électro mécanique au social, il prépare le concours de moniteur éducateur et le réussit. Pertinent et lucide avec le bon sens d’un travailleur social c’est à la fois un relais, un partenaire et un repère. Il anime des ateliers d’écriture… »

ANTHEA : « Malgré des difficultés comme beaucoup de jeunes des cités, elle trace sa route et ne se laisse pas envahir, elle a un projet de vie : B.T.S. relation clientèle, elle travaille à l’accueil au Merlan. »

BEN BOINA : « c’est un enfant de la Génération Passerelle, il est franc, il est passé de public à acteur en toute simplicité. Il travaille ponctuellement à l’accueil au théâtre du Merlan. »

MYRIAME : « C’est une combattante pas mal dans la révolte, elle est en quête de projet professionnel, elle a quitté l’école en 3ème. »

ANTOISE : « le gentil Antoise fait parti du réseau de Daouda, il a un bon rapport avec les adolescents, et est un peu un modèle pour eux. Il est tantôt bénévole tantôt salarié et poursuit son université. »

Tous ont su utiliser des supports associatifs ou des partenaires, institutionnels, qui leur ont permis de devenir plus ouverts dans la réflexion.

Comité Mam’ Ega, Passerelle, Body and soul, le Théâtre du Merlan, l’ A.S.C.Q.B., l’Agora.

Témoignages d’Anne Marie Tagawa

de gauche à droite
Farouk, Daouda, Anthéa, Ben Boina

de gauche à droite
Ben Boina, Daouda